Société

Agressions, vols et psychoses à Libreville

« Non, l’insécurité n’a jamais été un problème pour moi; j’ai appris très tôt à faire attention en rentrant chez moi. Eviter de rester tard dehors, quitte à dormir chez une amie si jamais 23h me trouvait à l’extérieur. Parfois à la maison lorsque la porte fermait mal, on s’assurait de mettre une cocotte ou même un couvercle sur la poignée au cas ou quelqu’un essaierait de s’introduire la nuit.

A Libreville, dans L’Union, le quotidien local, pas un jour ne passe sans que que ne soit reporté un acte de violence dans l’une des villes de notre cher Gabon.

40095254_929553930562007_7429834560658997248_n

Illustration by @Fran-hitu ceci est un make-up!

Pour moi, c’est arrivé un samedi soir, alors que je rentrais de me faire coiffer. Il devait être 21h. j’ai décidé de faire le trajet Awendjé – Pein ciel à pied…il y’avait du monde sur la route, je ne risquais rien.

Le trajet devait me prendre environ 15 min. j’entame donc ma marche, absorbée par mes pensées et songeant à ce que je dois faire en arrivant. Lorsque soudain, une sensation de solitude me prend: plus une voiture ne passe et les gens semblent s’être évaporés.

Ah mince un inconnu devant moi dans lequel je manque de me cogner…j’essaie de ne pas trébucher et me retourne brusquement pour pouvoir me décaler. Mais Un individu sorti de nulle part lui aussi (décidément!) me prend violemment par les épaules et me précipite au sol…les deux hommes se ruent sur moi m’intimant de donner tout ce que j’ai et m’arrachent mon sac. Ils me font les poches (je crois que je rêve, je suis déboussolée), l’un d’eux me crie dessus et fait mime de lever sa main pour me frapper, instinctivement, je lève mon bras pour protéger mon visage…je parviens à comprendre ce qu’il dit: « Est-ce que tu as tout donné?? », »Oui, Oui  » je réponds, me souvenant que je n’avais rien donné c’est eux qui m’ont tout pris.

Soudain, ils traversent la route à la vitesse de la lumière, un homme arrive en courant, il me demande ce qu’il se passe. Toujours déboussolée je me dis que c’est probablement l’un des leurs…je m’enfuis, laissant mes chaussures et pleurant comme une madeleine. Arrivée chez moi, je prends une douche pour me calmer, j’ai du mal, mon coeur menace d’exploser dès que j’ouvre la bouche et l’envie de vomir me prend…ma soeur me calme, appelle tout le mode, panique. Non je ne suis pas blessée, j’ai juste perdu du matériel. Tout va bien…Une semaine plus tard, l’Union annoncera le viol et le meurtre d’une jeune femme au même endroit.

Cette histoire est l’histoire d’une gabonaise qui a eu la chance de s’en sortir sauve. D’autres n’ont pas cette chance. Entre vols, viols, enlèvements et agressions, l’insécurité à Libreville mérite qu’on lui consacre plus de place dans nos publications pour dénoncer un fait qui se normalise.

22712610_1326600514129375_6964442326421050050_o

Libreville la belle (Photo Yvan Gabon Pictures)

L’année 2017 aura été une année ou le grand banditisme aura fait son lot de victimes, face à une population excédée et démunie devant un mal qui ne semble concerner que le mapane.

Plusieurs faits reportés également dans les médias en ligne tels que le cas de ce meurtre au PK6  ou encore celui de ce jeune homme dont les images ont inondés les réseaux sociaux. Certains habitants de quartiers ont décidé de prendre des mesures de sécurité pour assurer la protection des riverains, à cette allure, ne risque-t-on pas de voir se multiplier des cas de justice populaires et de lynchage publics. Outre les cas reportés par des médias crédibles, plusieurs autres ont dénoncés par des particuliers sur les réseaux sociaux, des avis de recherche à n’en plus finir…face à une telle situation que faire?

Plus que jamais, il est question de prendre des mesures efficaces chez soi pour assurer sa protection et celle de sa famille; par un environnement sécurisé, pour les noctambules, ne jamais rentrer seul à des heures tardives, le risque est trop grand et surtout éviter les situations à risque. Que peut-on faire d’autre?  La question reste ouverte.

A vous lire.

Ché.

Crédit photos: Yvan Gabon Picture et Fran-Hitu.

 

 

 

article précédent
article suivant

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Audrey Ekomie
    27 août 2018 at 7 07 52 08528

    Mais que fait la police à ce moment là? Pour moi en journée comme en soirée la police devrait roder dans les rues de la ville et surtour dans les quartiers assez réputés dangereux.

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :